Forum de la France Chrétienne      8, rue d’Artois, Versailles - france.chretienne@gmail.com - tél : 06 20.35.55.48 - La Banque Postale : APHEC 11 000 74 N Paris
Le Cardinal Barbarin part d’un constat douloureux : baisse des vocations, baisse de la prière dans les familles, essoufflement des communautés nouvelles nées dans l’allégresse il y a trente ans, perte de ce fonds culturel commun qui rendait plus aisé le dialogue avec les hommes politiques.                Il   est   difficile   d’être   chrétien   aujourd’hui   pour   diverses   raisons.   Il   y   a   bien   sûr   le relativisme   de   notre   époque,   auquel   Benoît   XVI   s’attaque   souvent   –   ainsi   dans Caritas   in   veritate.   Pour   que   la   charité   tienne,   fasse   son   chemin,   elle   doit   être ancrée   dans   la   vérité,   et   le   problème   aujourd’hui   c’est   qu’on   pense   «   à   chacun   sa vérité   ».   D’où   la   difficulté   pour   admettre   tout   simplement   le   développement   de   la pensée de Benoît XVI.                Il   y   a   aussi   des   difficultés   inhérentes   à   la   société,   la   logique   féroce   de   l’argent, la   consommation,   la   logique   de   la   télévision,   d’internet,   du   téléphone   portable,   etc. Tout   cela   rend   difficile   de   faire   silence,   de   se   retirer   dans   sa   chambre   pour   «   prier dans le secret ».                Ces   objections   sont   réelles,   et   elles   ne   sont   rien.   Parce   qu’elles   ont   toujours existé.   C’était   difficile   hier,   de   se   présenter   devant   Dieu,   et   ça   le   sera   demain.   Saint François    et    Saint    Dominique    ont    eu    du    mal.    Saint    Ignace    aussi.    Mais    ils    ont apporté    une    force    de    renouveau.    Une    lettre    du    IIè    siècle    parle    des    chrétiens comme   de   gens   apparemment   comme   tout   le   monde   sauf   qu’   «   ils   obéissent   aux lois   paradoxales   de   leur   étrange   république   spirituelle   ».   Voilà   quarante   ans,   le cardinal   Daniélou   parlait   de   «   l’oraison   problème   politique   ».   C’est   vrai   :   la   société peut   s’organiser   de   telle   sorte   qu’il   devient   très   difficile   de   trouver   le   chemin   de l’oraison.                Toutes   ces   objections   ne   me   font   pas   peur,   même   si   je   ne   les   minimise   pas. Quand   il   a   été   question   de   construire   un   nouveau   séminaire,   on   m’a   demandé   pour combien   de   futurs   prêtres   il   fallait   le   prévoir.   J’ai   répondu   :   55,   et   7   formateurs.   Les uns m’ont trouvé pessimiste, les autres naïfs. Je crois à la grâce.                      Notre   réponse   à   ces   objections,   c’est   l’enracinement   du   christianisme.   J’ai   lu   le récit   des   otages   d’Irak,   Chesnot   et   Malbrunot.   Ils   ont   eu   du   mal   à   retrouver   leur Notre   Père   et   leur   Je   vous   salue   Marie,   mais   ils   les   disaient   en   boucle,   pendant qu’on   les   trimballait.   Un   jour,   leur   geôlier   leur   a   dit   qu’il   serait   plus   confortable   pour leur   carotide   de   se   convertir   à   l’islam.   Et   ils   ont   décidé   :   non,   nous   sommes chrétiens.   Autrement   dit,   des   gens   extérieurement   indifférents   se   sont   retrouvés dans    une    situation    de    martyrs    et    ont    eu    le    courage    des    confesseurs.    Un christianisme    superficiel    peut    se    révéler    dans    des    circonstances    dramatiques beaucoup   plus   profond. Au   temps   de   la   constitution   civile   du   clergé,   certains   ont   dit non   dès   le   départ,   mais   d’autres   se   sont   réveillés   au   moment   où   il   a   fallu   renier   le Christ.   En   URSS,   ce   sont   les   babouchkas   qui   ont   gardé   les   icônes   et   la   clef   des églises,   sans   rien   dire   à   personne.   Il   y   a   une   fidélité   profonde   des   petits.   Et   la grâce de Dieu.                   Le   pourcentage   des   enfants   qui   vont   au   catéchisme   baissait   de   1,5%   par   an. Maintenant,   on   donne   même   plus   les   chiffres.   Mais   les   jeunes   de   13   14   ans   qui demandent   le   baptême   savent   ce   qu’ils   veulent,   ils   veulent   recevoir   la   grâce   de Dieu.   Il   y   a   aussi   des   parades,   comme   des   sites   sur   internet,   et   on   s’aperçoit   que des   quantités   de   gens   sont   réceptifs,   attentifs. A   Lyon,   lors   de   la   fête   des   lumières, les    missionnaires    du    8    ont    ouvert    les    églises,    la    nuit,    pour    qu’il    n’y    ait    pas seulement   les   bistrots.   Je   pense   qu’il   y   aura   toujours   des   initiatives,   des   audaces, comme dans les Actes des Apôtres.                   Je   ne   sais   pas   ce   que   sera   le   futur   de   l’Eglise   de   France.   On   passe   peut-être un   mauvais   moment.   Ou   c’est   peut-être   une   fatigue   plus   profonde   de   l’Europe. Mais   il   faut   garder   confiance.   Un   des   pièges   du   démon   est   de   nous   faire   évader dans   le   futur.   Le   temps   évangélique,   c’est   le   présent   :   «   Aujourd’hui,   je   viens   chez toi   »,   dit   Jésus   à   Zachée   ;   et   au   bon   larron   :   «   Aujourd’hui,   tu   seras   avec   moi   au paradis   ».   Cela   peut   nous   aider   à   mesurer   notre   responsabilité.   Parce   que,   au présent,   il   n’y   a   pas   d’hésitation.   A   mon   avis   tout   le   monde   sait   ce   qu’il   a   à   faire aujourd’hui.   Que   son   premier   geste   soit   le   signe   de   la   croix,   que   la   prière   ne   soit pas   négligée.   Et   donner   à   chacun   «   l’équipement   »   dont   il   a   besoin.   C’est   une expression   de   Saint   Paul   que   j’aime   beaucoup   :   «   Vous,   les   apôtres,   vous   devez donner   aux   saints   l’équipement   dont   ils   ont   besoin   ».   (Ephésiens   IV,   12).   Nous avons à fournir cet équipement à tous ceux qui dépendent de nous.             Pour   finir,   je   voudrais   dire   qu’il   y   a   dans   le   christianisme   quelque   chose   d’original dans    le    rapport    tradition    nouveauté.    Le    cardinal    Decourtray    qualifié    de    « conservateur   »   par   un   journaliste   répondit   :   «   Oui,   je   suis   très   attaché   à   la Tradition parce   que   je   veux   être   un   conservateur   de   l’avenir   ».   La   Tradition   est   un   trésor pour   tous   les   siècles   parce   que   la   Parole   de   Dieu   est   totalement   contemporaine   de ce qu’elle touche.                Les   uns   se   plaignent   qu’on   abandonne   les   fondamentaux,   les   autres   qu’on   ne se   renouvelle   pas.   Il   faut   les   laisser   entre   eux.   La   solution   est   dans   le   Christ.   La meilleure   manière   d’innover   est   d’être   enraciné   dans   la   Tradition   chrétienne.   Jésus ne   veut   pas   faire   de   l’original,   il   n’a   pas   peur   de   répéter   :   « Tout   ce   que   j’ai   entendu de   mon   Père,   je   vous   le   répète   ».   Mais   il   dit   aussi   «   Voici   que   je   viens   faire   toutes choses   nouvelles   ».   Et   comment   fait-il   les   choses   nouvelles   ?   «   Il   a   fait   toutes choses   nouvelles   en   s’apportant   Lui-même   »,   dit   saint   Irénée.   Voilà.   Donner   le Christ aux gens est la meilleure manière de les renouveler.       C’est pourquoi il y a un espoir fabuleux, et nulle crainte à avoir : « Ne craignez pas, petit troupeau, car votre Père a voulu, dans sa bonté, vous donner le Royaume » Marie-Noëlle Tranchant    
Conférence de S. E. le Cardinal Philippe Barbarin au Forum de la France chrétienne en l’église Saint-Etienne du Mont le mardi 27 avril 2010 Compte rendu de Marie-Noëlle Tranchant (Le Figaro)
précédent précédent suivant suivant
Forum de la France Chrétienne
Blog du Forum F. C. ICI
Blogs de Christine Tasin
            ICI
Blog de Jeanne Smits ICI
Blog d’Anne Brassié ICI
Blog de Radio Courtoisie ICI
Prochaines soirées Général Pinard Legry : « Les missions et la situation actuelle de l’Armée française » Dr Jean-Pierre Dickès: « Génétique:GPA, PMA, transsexuels et transgenres » S.E le Cardinal Brbarin : « La Vierge Marie et l’Œcuménisme » Nicolas Céloro, pianiste : « Récital romantique : Liszt, Chopin, Debussy, Rachmaninov » Anne Coffinier : « Créer des écoles libres et libérer l’École de l’État » Xavier Moreau : « Russie : géopolitique et stratégie du Président Poutine » Marquise Virginia Coda Nunziante : « Le combat pour la Vie en Europe»
Soirées récentes Soirées récentes